Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

retour au site éditions VRIN
 

PARUTION

le choix du libraire

ENQUÊTE SUR LES NOUVELLES FORMES
DE DÉMOCRATIE




À propos du livre de:
Albert Ogien et Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte, 2014

Les deux auteurs du livre Le principe démocratie prolongent leurs analyses parues dans Pourquoi désobéir en démocratie ? (La Découverte, 2010) , qui tentaient de donner une première esquisse de justification morale et politique face à la montée de nouvelles formes de contestations publiques et médiatiques (dans les banlieues en France puis avec le Printemps arabe à Tunis en 2011). Après avoir pris la mesure de ce que peuvent signifier ces nouvelles formes de désobéissance, il s'agit dans ce livre d'entrevoir les formes de vie qui sous-tendent les espoirs latents de ces revendications de masse qui échappent aux actions du pouvoir légitime des gouvernements en place. « Nous cherchons à y élucider la forme de vie que créent ou appellent ces actions, qui prend pour nom et principe démocratie » (Le principe démocratie, p. 9).

Du symptôme au principe

Si la désobéissance est par principe contraire à la vie gouvernée et à ses lois en temps de paix civile et dans un régime de type démocratique, la multiplication de résistances citoyennes spontanées depuis la fin des années 2000 dans nos sociétés modernes, au-delà de l'opposition isolée ou du parti politique organisé, se devait d'être interprétée dans leurs motivations communes d'une part, et en tant qu'action politique légitime (bien que souvent illégale) d'autre part.
Devant le constat de ces nouvelles formes de résistance (rassemblement, occupation,... qui diffèrent des manifestations ou mouvements de grèves plus traditionnels), les auteurs soutiennent que la désobéissance civile est constitutive de la démocratie. En effet, d'après eux, ces revendications collectives (associatives, corporatistes, ou générationnelle) conjuguées à des formes d'insoumission individuelle, toutes deux non violentes, stimulent l'extension des droits politiques et sociaux des citoyens (le droit des étrangers étant un cas à part) tout en signalant une crise de la représentation démocratique par la contestation de la légitimité de décisions législatives. Ces rassemblements revendicatifs pacifiques prétendent incarner la voix de la démocratie en réclamant au nom des principes démocratiques de liberté et de justice, une forme de démocratie réelle, participative, ouverte à l'exercice de contre-pouvoirs.

Un autre monde possible

Ce qui sous-tend les motivations de tous ces mouvements citoyens, c'est la même volonté d'« établir une forme d'organisation de la vie collective qui favorise l'autonomie et la souveraineté du citoyen et fait progresser la mise en place d'un système politique dans lequel la population dispose des moyens d'exercer un contrôle réel sur les décisions d'un gouvernement qui est censé émaner de sa volonté » (Le principe démocratie, p. 19).
En ce sens ces mouvements revendicatifs contribuent à élargir le domaine du politique au-delà du monopole de la compétence à gouverner, et plaident en faveur d'un savoir politique ordinaire, reposant sur la capacité citoyenne à contribuer au changement social, avec la difficulté inhérente à assumer son pluralisme radical. De toute évidence, ces nouvelles formes d'action politique inventent leur propre style extra-institutionnel à l'écart des système de partis, agissant comme un véritable laboratoire démocratique, dont les auteurs font l'inventaire provisoire des méthodes expérimentées indépendamment de leur contenu idéologique, en présentant de nombreux cas concrets.

Un certain nombre de situations étaient évoquées dans le premier livre de ces mêmes auteurs, Pourquoi désobéir en démocratie ? (La Découverte, 2011) dont il faut lire la postface inédite.
On pourra continuer à réfléchir sur cette poussée égalitaire, en évoquant le double danger que représentent le despotisme de la majorité et inversement un intellectualisme moral coupé de la praxis, ainsi que sur l'avenir de la démocratie comme société ouverte (lire les textes commentés de Tocqueville et de Popper dans Qu'est-ce que la démocratie ? Vrin, 2005).
On pourra se demander également dans quelle mesure l'action politique, et en l'occurence le jugement commun, est une action raisonnable, ainsi que sur le sens du développement d'une société mondiale (Lire les textes commentés d'Aristote et de Éric Weil dans Qu'est-ce que l'action politique ?, Vrin, 2014).

Bibliographie indicative :

Albert Ogien et Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ? Postface inédite (1ère éd. 2010), Paris, La Découverte, 2011

Patrice Canivez, Qu'est-ce que l'action politique ?, « Chemins philosophiques », Paris, Vrin, 2014

Anne Baudart, Qu'est-ce que la démocratie ?, « Chemins philosophiques », Paris, Vrin, 2005
  PARUTION
les acquisitions du mois
les nouveautés Vrin
le choix du libraire
nos vitrines

ACTUALITÉ
nos meilleures ventes
les événements – colloques
les rencontres – interviews
la revue de presse

LA VIE DU LIVRE
les livres à paraître
des livres à redécouvrir
nos livres d'occasion

SE DOCUMENTER
les programmes de concours
nos bibliographies thématiques
panorama de la philosophies
portraits de philosophes
Archives – Podcast

LIENS
sites des auteurs
sites des diffusions
sites institutionnels

PRÉSENTATION DE LA LIBRAIRIE
Présentation du blog
Nos services et contacts
Historique de la librairie
Découverte de nos rayons

Tout

LIBRAIRIE PHILOSOPHIQUE J. VRIN

PLAN DU SITE

6, place de la Sorbonne
75005 PARIS - FRANCE

Tel: +33 (0)1 43 54 03 47
Fax: +33 (0)1 43 54 48 18
SARL au capital de 360 000 €
RCS PARIS B 388 236 952


La librairie est ouverte
du mardi au vendredi de 10h à 19h
le lundi et le samedi de 10h30 à 19h
  Accueil
Blog
Nouveautés
A paraître
Collections

© 2021 - Contacts | Mentions légales | Conditions générales de vente | Paiement sécurisé