Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

Les Éditions / La librairie
 

 

Transformations de la métaphysique.

Commentaire sur la philosophie transcendantale de Schelling

Emmanuel Cattin

EUR 26,00
Disponible Ajouter au panier
À la fin du XVIIIe siècle en Allemagne, dans un débat d’une extraordinaire densité conceptuelle autour de l’héritage kantien, la philosophie s’autodétermine comme système de la liberté. “Le temps est venu” pour la philosophie transcendantale d’achever la Révolution copernicienne en accomplissant le système du savoir où l’absolue liberté accède au concept, à la claire conscience de soi. L’idéalisme est la philosophie première où la liberté se pensant elle-même s’affirme comme identité absolue du penser et de l’être, quitte à rencontrer la scission, la finitude de la conscience comme le problème majeur de la raison. Parmi les nouveaux “amis des idées”, le jeune Schelling, dans la double inspiration de Spinoza d’une part, de Kant et de Fichte d’autre part, se saisit pour la première fois des questions radicales, métaphysiques, qu’il ne cessera plus de méditer : le commencement absolu, le “réellement réel”, l’énigme du fait du monde et de toute vie finie.
Engagé en d’infatigables transformations, c’est bien pourtant sous la loi de cette résolution juvénile, dans l’esprit de ce commencement magistral, que le système de la liberté devait dans le futur se tenir.