Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

Les Éditions / La librairie
 

 

L’inconscient des modernes

Essai sur l’origine métaphysique de la psychanalyse

Jean-Marie Vaysse

EUR 24,80
Disponible Ajouter au panier
Cela passe aujourd’hui pour une évidence: Freud a découvert l’inconscient; à la psychanalyse revient le privilège d’avoir su en explorer les mécanismes de manière inédite. La révolution psychanalytique aurait ainsi inauguré un nouvel âge.
Or la psychanalyse plonge ses racines dans la métaphysique moderne qui, de Descartes à Husserl, entreprend de penser la subjectivité du sujet comme l’instance fondatrice du savoir et de l’agir. Car l’inconscient, ce mot que la métaphysique impliquait mais qu’elle ne prononça jamais, est la hantise de la philosophie, depuis Descartes et son cogito: Spinoza, Leibniz, Kant, Fichte, Schelling, Schopenhauer, Nietzsche, Husserl ou Heidegger ont tous buté sur la part nocturne ou secrète de l’homme dès lors que celui-ci se pose comme sujet souverain.
C’est sans doute ce qui explique le rapport ambigu - particulièrement patent chez Lacan - de la psychanalyse à la philosophie, qu’elle rejette et revendique à la fois. Si la philosophie moderne a parlé de l’inconscient sans le savoir, la psychanalyse a fait de la philosophie sans le vouloir. Là où était le sujet moderne, l’inconscient devait advenir; là où est advenu l’inconscient, la philosophie doit revenir.
[Présentation de l’Éditeur]